Maniema : des armes et effets militaires appartenant au chef milicien Bernard ont été présentés au gouverneur

Maniema : des armes et effets militaires appartenant au chef milicien Bernard ont été présentés au gouverneur

#Kindu – #Maniema | 06 mars 2020 – Le gouverneur du Maniema, Auguy Musafiri, a réceptionné ce vendredi 06 mars, des armes et quelques effets militaires appartenant au général autoproclamé Bernard qui entretenait une milice dans le secteur de Balanga en territoire de Kailo.

Le gouverneur du Maniema Auguy Musafiri s’est dit dans la joie du fait que le message du chef de l’État appelant les miliciens à déposer leurs armes a été suivi et appliqué par les milices de la province du Maniema. Auguy Musafiri a, par ailleurs, demandé aux autres miliciens actifs au Maniema d’emboîter le pas au général autoproclamé Bernard pour que la paix revienne sur toute l’attendu su Maniema.

Bernard a rendu ces armes la semaine dernière aux autorités territoriales de Kailo. Son groupe armé constitué des autochtones actifs dans le secteur de Balanga accusait l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), de ne pas respecter le cahier de charge dans le processus de l’érection du parc National de la Lomami. Récemment, le responsable du Parc National de la Lomami a indiqué que ces miliciens se servent du parc comme alibi pour justifier leurs exactions dans cette contrée.

Maniema : un lieutenant de la milice Malaika se rend aux autorités

Maniema : un lieutenant de la milice Malaika se rend aux autorités

Yuma Sumu ya Nyoka, S3 brigade chargé d’opérations de la milice MAI-MAI Malaika opérant à Karomo dans le secteur de Maringa territoire de Kasongo, vient de se rendre aux autorités politico-administratives de cette entité.

Ce lieutenant du Chef de Guerre Hassan Uzaifa Mitende de la milice Malaika opérant en territoire de Kasongo a été présenté ce mardi 03 mars 2020 au Vice-gouverneur, personnalités politico-administratives et membres de services de sécurité du Maniema.

Il s’est rendu seul aux Autorités. Devant le Vice-gouverneur Jean-Pierre Amadi, le surnommé Yuma Sumu ya Nyoka, justifie sa reddition en réponse au message du Chef de l’Etat congolais relayé par le gouverneur Auguy Musafiri demandant aux groupes armés de déposer les armes aux autorités compétentes pour le rétablissement de la paix durable sur l’ensemble du territoire national.

« J’ai trouvé nécessaire de quitter la forêt et laisser ce que je faisais. Il y a de nouvelles autorités qui ont le souci de changement. C’est pourquoi j’estime qu’il n’est plus nécessaire de continuer à faire la guerre. J’ai été en contact avec le Président de la Société Civile locale qui m’a mis en contact avec le Chef [Ndlr : l’administrateur de territoire] auprès de qui j’ai déposé mon arme et tous les effets militaires que j’avais. J’étais S3 Brigade chargé des opérations. Je conduisais une grande équipe. Alors que je me suis rendu dans mon village visiter ma famille, j’ai demandé aux 5 éléments qui m’avaient accompagné qu’on dépose les armes, ils n’ont pas et sont rentrés en brousse. » indique ce milicien.

L’acté posé par ce milicien Malaika chargé d’opérations a été encouragé par le Vice-gouverneur du Maniema. #JeanPierreAmadi lance un un appel aux autres miliciens encore actifs dans la brousse à Kasongo et partout au Maniema d’emboîter le pas de Yuma Sumu ya Nyoka, comme souhaite le Chef de l’Etat.

« J’invite les autres miliciens encore actifs au Maniema de déposer les armes pacifiquement, surtout que la province a besoin d’eux pour son développement durable. » lance t-il.

Fin de semaine dernière, le Ministre Provincial de l’intérieur a annoncé que le jeune Bernard, à la tête d’un groupe des miliciens qui se dit revendiquant, a remis toutes ses armes et effets de guerre aux autorités politico-administratives du territoire de Kailo.

Informations confirmées par le Vice-gouverneur qui annonce pour bientôt la reddition de ce Chef milicien en attendant le rapport d’une délégation diligentée par le Gouvernement provincial pour rencontrer Bernard dans le secteur de Balanga.

Ce groupe armé constitué des autochtones actifs dans le secteur de Balanga accuse l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, l’ICCN, de ne pas respecter le cahier de charge dans le processus de l’ erection du par National de la Lomami. Récemment, le responsable du Parc National de la Lomami a indiqué que ces miliciens se servent du parc comme alibi pour justifier leurs exactions dans cette contrée.

Jean-Pierre Amadi Lubenga félicite par ailleurs les FARDC, la police et les services de renseignement pour leurs efforts consentis dans la vulgarisation du message du président de la République visant retablir l’autorité de l’état dans le Sud Maniema et à Kaïlo.

Maniema : les miliciens ont une semaine avant le début de l’offensive militaire

Maniema : les miliciens ont une semaine avant le début de l’offensive militaire

Le Président de la République accorde une semaine à tous les groupes miliciens actifs dans la province du Maniema de déposer les armes.

Le message a été lancé ce samedi par le Gouverneur du Maniema.

Le Gouverneur Auguy Musafiri a indiqué que tous les ressortissants du Maniema doivent privilégier la paix dans tous les sept territoires de la province du Maniema.

« Le Président de la République nous a demandé à ce que tous les Congolais habitants le Maniema qui ont pris les armes de déposer les armes comme ça s’est passé au Sud-Kivu en ce moment-là il n’y aura pas des poursuites pour tout le monde. On leur accorde une semaine, aujourd’hui, c’est samedi, jusqu’au samedi de la semaine prochaine. Dépassé ce délai, le Gouvernement central va prendre ses dispositions pour récupérer ses armes même par force » a fait savoir Auguy Musafiri.

A lui de poursuivre : « On demande à tous nos confrères de remettre les armes et ils seront libres de faire le choix. Ceux qu’ils veulent faire l’armée, ils peuvent aller s’inscrire, même cas pour ceux qui veulent faire la police, pour ce qui veulent devenir commerçant, ils peuvent vaquer librement à leurs occupations. Le président de la République ne veut pas des troubles. C’est pourquoi nous demandons à tous les parents de sensibiliser leurs enfants, frères, dépasser ce délai, ça ne sera pas agréable pour notre province, nous avons besoin de la paix » indique t-il.

La province du Maniema développe de plus en plus le phénomène groupes armés. Dans sa partie sud précisément à Salamabila dans le territoire de Kabambare, Maniema est infesté par le groupe armé « Malaika » depuis près de quatre ans sous la direction de Cheik Hassan Uzaifa Mitende. Ils procèdent aux kidnappings et aux attaques armées dans la zone.

Dans le territoire de Kailo, au secteur de Balanga, une milice locale insécurise la province. Active dans le parc de la Lomami, ce groupe armé a récemment exigé à l’Institut Congolais pour Conservation de la Nature (ICCN) de développer des activités alternatives pour la survie de la population locale mais aussi des projets d’intérêts communautaires notamment : la construction des routes, des écoles et hôpitaux. Les territoires de Kasongo et de Kibombo sont aussi partiellement menacés par l’activisme des miliciens locaux. Par ailleurs, le territoire de Lubutu a insécurisé par le général autoproclamé Mando qui opère dans le parc de Maiko.

Maniema : le nouveau chef de la police Ngoy Seguin veut travailler avec l’armée pour rétablir la sécurité dans les zones infestées par les miliciens

Maniema : le nouveau chef de la police Ngoy Seguin veut travailler avec l’armée pour rétablir la sécurité dans les zones infestées par les miliciens

Le commissaire divisionnaire adjoint Ngoy Sengelwa Seguin a officiellement pris sa fonction de commissaire provincial de la Police nationale congolaise (PNC) au Maniema mercredi 29 janvier. C’était lors de la cérémonie de prise d’arme organisée à Kindu sous la présidence du gouverneur Auguy Musafiri.

A cette occasion, le général Ngoy Sengelwa Seguin a affirmé que la police travaillera aux cotés de l’armée afin d’endiguer l’insécurité qui ronge plusieurs territoires du Maniema.

« Quoi que la province soit en proie à l’insécurité dans certains territoires, la police a une mission de sécuriser au-delà de cette insécurité. Nous devons veiller aux côtés des forces armées et tous les autres partenaires pour que la quiétude règne, pour que la sécurité règne et que les gens vaquent à leurs occupations comme voulu par les autorités nationales et provinciales. », a déclaré le général Ngoy Sengelwa Seguin.

L’officier général a aussi invité la population à prêter mains fortes à la police.

« La population doit compter sur la police, collaborer avec elle. La réforme nous demande de travailler avec la population. La population c’est un acteur et la police en est un autre, il faudra que les deux acteurs travaillent en synergie, en interaction et les résultats voulus seront rencontrés », a-t-il ajouté.

La province du Maniema développe de plus en plus le phénomène groupes armés. Dans sa partie sud précisément à Salamabila dans le territoire de Kabambare, Maniema est infesté par le groupe armé « Malaika » depuis près de quatre ans sous la direction de Cheik Hassan Uzaifa Mitende. Ils procèdent aux kidnappings et aux attaques armées dans la zone.

Dans le territoire de Kailo, au secteur de Balanga, une milice locale insécurise la province. Active dans le parc de la Lomami, ce groupe armé a récemment exigé à l’Institut Congolais pour Conservation de la Nature (ICCN) de développer des activités alternatives pour la survie de la population locale mais aussi des projets d’intérêts communautaires notamment : la construction des routes, des écoles et hôpitaux. Les territoires de Kasongo et de Kibombo sont aussi partiellement menacés par l’activisme des miliciens locaux. Par ailleurs, le territoire de Lubutu a insécurisé par le général autoproclamé Mando qui opère dans le parc de Maiko.

Chadrack Londe, à Kindu

Maniema : Un calme relatif règne dans le territoire de Kasongo après des intenses combats entre les maïmaï et les FARDC

Maniema : Un calme relatif règne dans le territoire de Kasongo après des intenses combats entre les maïmaï et les FARDC

Un calme relatif commence à revenir petit à petit sur l’axe Karomo-Rudika ( dans le territoire de Kasongo au sud de la province du Maniema ) après des affrontements entre les forces de l’ordre et les maïmaï ce, grâce aux interventions musclées des FARDC et l’étroite collaboration de ces dernières avec la population locale.

Selon nos sources sur place, vers 14h00′ de ce dimanche 19janvier, le commandant Kiwis a ordonné l’enterrement de 3 corps des miliciens et présenté dix otages dont deux pris par la population.

Il a également présenté le commandant de la PNC enlevé par les malaika et d’autres civils récuperés dans la forêt lors de la mise en déroute des miliciens.

Le major Kiwis demande aux populations qui se cachent encore dans la forêt de regagner leurs villages.

Du coté de Kabumbu, les miliciens ont vidé kabumbu la nuit de samedi, les FARDC sont en train de les pourchasser sur l’axe Mukonga Kanikini.