Maniema : un lieutenant de la milice Malaika se rend aux autorités

Maniema : un lieutenant de la milice Malaika se rend aux autorités

Yuma Sumu ya Nyoka, S3 brigade chargé d’opérations de la milice MAI-MAI Malaika opérant à Karomo dans le secteur de Maringa territoire de Kasongo, vient de se rendre aux autorités politico-administratives de cette entité.

Ce lieutenant du Chef de Guerre Hassan Uzaifa Mitende de la milice Malaika opérant en territoire de Kasongo a été présenté ce mardi 03 mars 2020 au Vice-gouverneur, personnalités politico-administratives et membres de services de sécurité du Maniema.

Il s’est rendu seul aux Autorités. Devant le Vice-gouverneur Jean-Pierre Amadi, le surnommé Yuma Sumu ya Nyoka, justifie sa reddition en réponse au message du Chef de l’Etat congolais relayé par le gouverneur Auguy Musafiri demandant aux groupes armés de déposer les armes aux autorités compétentes pour le rétablissement de la paix durable sur l’ensemble du territoire national.

« J’ai trouvé nécessaire de quitter la forêt et laisser ce que je faisais. Il y a de nouvelles autorités qui ont le souci de changement. C’est pourquoi j’estime qu’il n’est plus nécessaire de continuer à faire la guerre. J’ai été en contact avec le Président de la Société Civile locale qui m’a mis en contact avec le Chef [Ndlr : l’administrateur de territoire] auprès de qui j’ai déposé mon arme et tous les effets militaires que j’avais. J’étais S3 Brigade chargé des opérations. Je conduisais une grande équipe. Alors que je me suis rendu dans mon village visiter ma famille, j’ai demandé aux 5 éléments qui m’avaient accompagné qu’on dépose les armes, ils n’ont pas et sont rentrés en brousse. » indique ce milicien.

L’acté posé par ce milicien Malaika chargé d’opérations a été encouragé par le Vice-gouverneur du Maniema. #JeanPierreAmadi lance un un appel aux autres miliciens encore actifs dans la brousse à Kasongo et partout au Maniema d’emboîter le pas de Yuma Sumu ya Nyoka, comme souhaite le Chef de l’Etat.

« J’invite les autres miliciens encore actifs au Maniema de déposer les armes pacifiquement, surtout que la province a besoin d’eux pour son développement durable. » lance t-il.

Fin de semaine dernière, le Ministre Provincial de l’intérieur a annoncé que le jeune Bernard, à la tête d’un groupe des miliciens qui se dit revendiquant, a remis toutes ses armes et effets de guerre aux autorités politico-administratives du territoire de Kailo.

Informations confirmées par le Vice-gouverneur qui annonce pour bientôt la reddition de ce Chef milicien en attendant le rapport d’une délégation diligentée par le Gouvernement provincial pour rencontrer Bernard dans le secteur de Balanga.

Ce groupe armé constitué des autochtones actifs dans le secteur de Balanga accuse l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, l’ICCN, de ne pas respecter le cahier de charge dans le processus de l’ erection du par National de la Lomami. Récemment, le responsable du Parc National de la Lomami a indiqué que ces miliciens se servent du parc comme alibi pour justifier leurs exactions dans cette contrée.

Jean-Pierre Amadi Lubenga félicite par ailleurs les FARDC, la police et les services de renseignement pour leurs efforts consentis dans la vulgarisation du message du président de la République visant retablir l’autorité de l’état dans le Sud Maniema et à Kaïlo.

Maniema : Encore deux miliciens capturés à Bikenge remis à la justice militaire par le Gouverneur

Maniema : Encore deux miliciens capturés à Bikenge remis à la justice militaire par le Gouverneur

Deux nouveaux miliciens capturés ont été présentés ce lundi 27 janvier au Gouverneur de province par le Ministre Provincial de l’Intérieur. Son Excellence Auguy Musafiri les a immédiatement remis à l’auditeur supérieur de garnison pour qu’ils soient jugés.

Selon le Ministre provincial de l’intérieur et sécurité, ces miliciens ont été appréhendés à Bikenge, lors d’une incursion, alors qu’ils tentaient de libérer leur collègue en détention dans un cachot local.

Bikenge est une localité située dans le territoire de Kasongo au Sud de la province du Maniema.

« Ces deux jeunes gens sont des présumés miliciens Malaïka. Ils ont semé des desordres dans la localité de Bikenge et ils ont été trasferés directement à Kindu après leur capture par les Forces Armées de la RDC. La semaine dernière, ils ont attaqué un cachot local dans lequel leur collègue [un certain le Blanc] était en détention. C’est dans cette circonstance qu’ils ont été apprehéndés par les forces loyalistes. » fait savoir le ministre de l’Intérieur.

Un autre présumé milicien qui était aux arrêts aurait été liberé dans des conditions qui reste encore obscur. après avoir deboursé une somme d’un million de CDF.

« Je ne l’ai pas vue dans ce groupe. Le Blanc est resté. Parait-il, il aurait payé une caution sur place. C’est pourquoi nous avons demandé à l’auditeur supérieur de se renseigner à ce sujet » fait savoir Roger Kimbwasa.

Le Gouverneur de la province du Maniema, #AuguyMusafiri a une fois de plus réitéré ses félicitations aux Forces Armées de la RDC pour avoir fait preuve de professionnalisme en capturant ces rebelles.

Devant la presse, le Ministère de l’intérieur et sécurité a indiqué que ces miliciens comme le 5 autres remis à la justice militaire la semaine dernière, seront transférés dans des prisons haute sécurité en dehors de la province une fois condamnés.

Il y a deux semaine, des affrontements ont opposé les forces armées congolaises aux miliciens Mai-Mai dans la commune rurale de Salamabila, en territoire de Kabambare. Au moins six miliciens ont été tués et des armes récupérées, selon l’armée.

Les miliciens Mai-Mai Malaika sont actifs à Salamabila depuis près de quatre ans sous la direction de Cheik Hassan Uzaifa Mitende. Ils procèdent aux kidnappings et aux attaques armées dans la zone. Cette insécurité a notamment poussé la firme canadienne Banro qui exploite l’Or à Salamabila de plier bagage.

Maniema : 5 miliciens capturés lors des combats avec l’armée remis à la justice militaire

Maniema : 5 miliciens capturés lors des combats avec l’armée remis à la justice militaire

Le gouverneur de la province du Maniema, Auguy Musafiri a remis ce mercredi 22 janvier à la justice militaire, cinq miliciens capturés lors des combats avec l’armée le week-end dernier dans les secteurs Maringa et Mulu, dans le territoire de Kasongo.

Selon les autorités provinciales du Maniema, ces miliciens étaient sous la direction d’un certain Mandevu, un des lieutenants du Chef de guerre le Cheik Hassan Uzaifa Mitende à la tête de la milice Malaïka.

Avant de leur remettre entre les mains de la justice militaire, le gouverneur de la province du Maniema a félicité les éléments des Forces Armées de la RDC pour avoir fait preuve de professionnalisme en capturant ces miliciens.

Auguy Musafiri a indiqué qu’en cas de condamnation, ces miliciens seront transférés dans une prison à haute sécurité en dehors de la province.

« Nous venons de remettre entre les mains de la justice militaire ces malfrats qui ont fait le recours aux armes à feu. Ils seront jugés et transférés par la suite dans une prison à haute sécurité en dehors de la province du Maniema afin de purger leur peine. Ils seront transférés à la prison de Angenga et cela va servir d’exemple à d’autres. », a indiqué le gouverneur du Maniema.

Il a ajouté : « Je demande à toute la milice d’être des nationalistes. Ils ont droit de manifester pacifiquement, mais ils n’ont pas le droit de prendre les armes. S’ils ont un problème, ils n’ont qu’à revendiquer et l’Etat Congolais va prendre en compte leur revendications. S’ils prennent les armes, l’armée va faire son travail. C’est pourquoi je leur demande de déposer les armes et de se rendre auprès des Forces loyalistes afin que nous puissions tous bâtir ce pays. »

Il y a une semaine, des affrontements ont opposé les forces armées congolaises aux miliciens Mai-Mai dans la commune rurale de Salamabila, en territoire de Kabambare. Au moins six miliciens ont été tués et des armes récupérées, selon l’armée.

Salamabila : les FARDC prennent le contrôle de Kimbanseke, la milice malaika retranchée vers Matchapano

Salamabila : les FARDC prennent le contrôle de Kimbanseke, la milice malaika retranchée vers Matchapano

Les tires viennent de cesser dans le centre de Salamabila, une commune rurale située au Sud de la province du Maniema.

Toute la journée, la situation est restée tendue dans l’entité suite à l’affrontement entre les Forces Armées de la RDC et la milice locale malaika.

Selon des sources locales, les tires viennent de cesser dans le centre et les Militaires loyalistes semblent avoir pris le contrôle de la commune rurale où la milice a réussi à opposer une forte résistance aux éléments des FARDC depuis 10 heures.

« Les tires viennent de cesser en ce moment [Ndlr : 19 heures 35 minutes]. C’est la milice qui occupait tout le quartier Kimbanseke où je suis. Vers 17 heures les tires se sont multipliés durant plus de 30 minutes. Juste après nous voyons à travers les fenêtres défiler maintenant les militaires FARDC. Dans la journée, c’est la milice que nous voyions en position de tire à travers nos fenêtres. Nous sommes restés dans nos maisons et n’avons pas mangé depuis. Les enfants n’arrivent pas à supporter la famine. Nous allons passer nuit affamés. Nous n’avons pas le choix. » a déclaré à Actualite.cd un journaliste d’une chaîne locale qui reste caché chez lui.

La même source renseigne que des tirs sont désormais entendus vers Matchapano, le siège de la milice.

« Maintenant, les tires à l’arme lourde sont entendus du côté de Matchapano. Les militaires FARDC semblent les avoir suivi là bas. Je ne sais vous dire avec précision ni vérifier cela parce que je suis à la maison et je ne sais pas sortir pour ne pas être confondu à la milice. » indique notre source.

Des violents affrontements ont éclaté ce samedi 11 janvier 2020 entre les Forces armées de la RDC et les miliciens Mai-Mai Malaika dans la localité de Salamabila (territoire de Kabambare) au sud de la province du Maniema.

Des tirs à l’arme lourde et légère ont été entendus à Salamabila toute la journée de samedi depuis 10 heures heures locales. Les habitants sont restés terrés chez eux.

La milice locale Malaika cohabite avec les forces armées de la RDC depuis quelques mois à Salamabila dans le cadre du processus de désarmement amorcé par les autorités.

Une source de l’église catholique a renseigné à Kinduinfo.net dans la journée
qu’une vive tension s’observe depuis trois jours sur place après l’affectation d’un nouvel officier (colonel) des FARDC en remplacement d’un autre officier du rang de colonel décédé de suite d’une maladie.

Les miliciens Mai-Mai Malaika sont actifs à Salamabila depuis près de quatre ans sous la direction de Cheik Hassan Uzaifa Mitende. Ils procèdent aux kidnappings et aux attaques armées dans la zone. Cette insécurité a notamment poussé la firme canadienne Banro qui exploite l’Or à Salamabila de plier bagage.

Salamabila : les FARDC prennent le contrôle de Kimbanseke, la milice malaika retranchée vers Matchapano

Maniema : Salamabila en ce moment sous le crépitement des balles, tirs à l’arme lourde, aucune circulation, population clouée dans des maisons

La situation est tendue depuis 10 heures dans la commune rurale de Salamabila.

Salamabila est une localité située dans le Sud de la province du Maniema dans le territoire de Kabambare.

Selon des sources locales, les Forces Armées de la RDC s’affrontent en pleine commune rurale avec la milice locale Malaika en activité dans la zone depuis près 4 ans maintenant.

Des animateurs de la Société civile locale, en passant par les médias locaux ou encore le curé de la paroisse de l’église catholique, que nous avons eus au téléphone, nous pouvions à peine entendre leur témoignage à voix basse vue que les tirs à l’arme lourde prédominent.

« C’est depuis 10 heures 20 minutes que nous attendons le crépitement des balles. Ça va faire plus de deux heures maintenant. Nous sommes tous cloués dans nos maisons. Difficile d’oser se déplacer vue que l’affrontement se fait en pleine commune à partir du pont sur la route qui mène vers Kimbanseke. » témoigne à Kinduinfo.net un journaliste d’une radio locale à partir de sa maison où il s’est caché avec sa famille.

La milice locale malaika cohabite avec les forces armées de la RDC depuis quelques mois dans cette commune rurale.

Selon d’autres sources locales, depuis trois jours, une vive tension s’observe sur place après l’envoi sur place d’un officier des FARDC, le Colonel Nehemie en remplacement du Colonel Peter décédé sur place suite à une courte maladie.

« La milice locale proteste contre l’envoie de ce colonel dans la zone parce qu’il serait tusi. C’est ainsi qu’ils ont érigé une barrière au niveau du pont pour empêcher les éléments des FARDC et le nouveau colonel d’arriver à Kimbanseke où la milice se trouve. Je dois raccrocher M. le Journaliste, prière me rappeler après, je ne peux pas continuer à vous parler de peur qu’on m’entende. » ajoute une source locale au sein de la paroisse de l’église catholique.

Salamabila est en proie à l’insécurité depuis bientôt 4 ans. Des kidnappings, … sont opérés sur place par la milice du Chef de Guerre le Cheik Hassan Uzaifa Mitende. La communauté locale accuse la société Banro Corporation de ne pas respecter le cahier de charge.

Des négociations entamées par le Gouverneur de province a permis d’obtenir de la milice locale le dépôt des armes et sa conversion à la vie des creseurs artisanaux.

Sous la médiation des autorités provinciales, cette société de droit canadien avait accepté de donner à la communauté une portion de sa concession pour l’exploitation artisanale de l’or. Elle est revenue sur sa position plus tard et suspendre ses activités l’an dernier après la libération de son agent sujet Sud-Africain pris en orage pendant plus d’un mois et demi.