Maniema : les miliciens ont une semaine avant le début de l’offensive militaire

Maniema : les miliciens ont une semaine avant le début de l’offensive militaire

Le Président de la République accorde une semaine à tous les groupes miliciens actifs dans la province du Maniema de déposer les armes.

Le message a été lancé ce samedi par le Gouverneur du Maniema.

Le Gouverneur Auguy Musafiri a indiqué que tous les ressortissants du Maniema doivent privilégier la paix dans tous les sept territoires de la province du Maniema.

« Le Président de la République nous a demandé à ce que tous les Congolais habitants le Maniema qui ont pris les armes de déposer les armes comme ça s’est passé au Sud-Kivu en ce moment-là il n’y aura pas des poursuites pour tout le monde. On leur accorde une semaine, aujourd’hui, c’est samedi, jusqu’au samedi de la semaine prochaine. Dépassé ce délai, le Gouvernement central va prendre ses dispositions pour récupérer ses armes même par force » a fait savoir Auguy Musafiri.

A lui de poursuivre : « On demande à tous nos confrères de remettre les armes et ils seront libres de faire le choix. Ceux qu’ils veulent faire l’armée, ils peuvent aller s’inscrire, même cas pour ceux qui veulent faire la police, pour ce qui veulent devenir commerçant, ils peuvent vaquer librement à leurs occupations. Le président de la République ne veut pas des troubles. C’est pourquoi nous demandons à tous les parents de sensibiliser leurs enfants, frères, dépasser ce délai, ça ne sera pas agréable pour notre province, nous avons besoin de la paix » indique t-il.

La province du Maniema développe de plus en plus le phénomène groupes armés. Dans sa partie sud précisément à Salamabila dans le territoire de Kabambare, Maniema est infesté par le groupe armé « Malaika » depuis près de quatre ans sous la direction de Cheik Hassan Uzaifa Mitende. Ils procèdent aux kidnappings et aux attaques armées dans la zone.

Dans le territoire de Kailo, au secteur de Balanga, une milice locale insécurise la province. Active dans le parc de la Lomami, ce groupe armé a récemment exigé à l’Institut Congolais pour Conservation de la Nature (ICCN) de développer des activités alternatives pour la survie de la population locale mais aussi des projets d’intérêts communautaires notamment : la construction des routes, des écoles et hôpitaux. Les territoires de Kasongo et de Kibombo sont aussi partiellement menacés par l’activisme des miliciens locaux. Par ailleurs, le territoire de Lubutu a insécurisé par le général autoproclamé Mando qui opère dans le parc de Maiko.

Maniema : la détérioration d’un pont bloque la circulation sur l’axe routier Kindu-Kibombo

Maniema : la détérioration d’un pont bloque la circulation sur l’axe routier Kindu-Kibombo

Pont Lwandoko sur la route en terre battue qui mène vers Kibombo. Photo by Chadrack Londe

La détérioration très prononcée du pont jeté sur la rivière Tchombo situé au PK76 sur l’axe routier Kindu-Kibombo dans le territoire de même nom, bloque la circulation des véhicules vers Kibombo, a appris l’ACP mercredi de voyageurs en provenance de cette contrée.

Selon la source, l’ouvrage a été complètement détruit il y a quelques mois, après le passage d’un gros camion, rendant ainsi difficile la circulation tant pour les véhicules que pour les motos sur cet axe routier de grand intérêt économique pour la population du territoire de Kibombo et de ses environs.

C’est par cette route que les produits agricoles sont évacués vers les principaux centres de

consommation dont la ville de Kindu.

ACP

Maniema : Prosper Tunda reprend son siège à l’assemblée nationale

Maniema : Prosper Tunda reprend son siège à l’assemblée nationale

L’élu de la circonscription électorale de Kibombo a été rétabli par la Cour Constitutionnelle et peut continuer à siéger à l’assemblée nationale de la RDC. 

Il avait été invalidé par la même cour le mois dernier en faveur de Kalema Lusuna.

Cette décision de la Cour avait provoqué une vague de protestation et trois jours d’affilet des manifestions dans la commune rurale de Kibombo.

Maniema : les 7 territoires + la ville de Kindu seront bientôt équipés de micro centrale hydroélectrique

Maniema : les 7 territoires + la ville de Kindu seront bientôt équipés de micro centrale hydroélectrique

C’est le Directeur Général de Hydro-Congo qui l’a annoncé à la presse locale au sortir de l’entretien qu’il a eu avec le Gouverneur de la province du Maniema. Jean Paul Kete est en séjour à Kindu depuis moins d’une semaine sur invitation de #AuguyMusafiri pour discuter avec ce dernier sur la faisabilité de ce projet.

La province du Maniema est l’une des provinces où la desserte en électricité est trop basse, seulement 3% de la population a accès à l’électricité des très mauvaise qualité. La ville de Kindu par exemple en reçoit qu’un mega watt, ce qui constitue un frein au développement industriel du milieu.

« Nous sommes là justement parce que nous sommes venus appuyer la province du Maniema; Nous avons mis sur la table du Gouverneur une solution pour résoudre ce problème de desserte en électricité » annonce Jean Paul Kete.

La solution dont parle JeanPaul concerne les sept territoires de la province du Maniema.

« Nous allons installer des micro centrales hydroélectriques dans les sept territoires de la province du Maniema pour permettre à la population d’avoir accès à l’électricité directement dans le plus bref délai suivant le calendrier qui va être ensemble avec les autorités de la place. » indique t-il.

Une commission spéciale a été mise en place par les autorités provinciales pour étudier ce problème et donner vie à ce projet. « Si nous démarrons les travaux, cela ne prendra pas beaucoup de mois pour finir la première centrale, nous avons été satisfait par la manière dont le Gouverneur s’implique dans ce projet et nous pensons démarrer le plus rapidement possible » renchérit le Directeur Général de Hydro-Congo.

Il faut noter que nous ne savons pas encore l’entité qui va financer les travaux de construction de ces micro centrales hydroélectriques, mais néanmoins, la province du Maniema n’est pas à sa première expérience dans des projets de construction des centrales électriques.

A lire : Maniema : toujours pas de date de début des travaux de construction du barrage hydroélectrique de 61 kilomètres

Avant la déchéance de Tutu Salumu Pascal, un projet de construction d’une centrale hydro-électrique à une soixantaine de Kilomètres sur la route qui mène vers Kalima était en cours. Des études de faisabilités étaient déjà effectuées et il semblerait que les fonds étaient déjà disponible, mais nous ne savons à quel niveau le Maniema en est avec ce projet.

Projet initié par le Gouverneur déchu Tutu SALUMU, la construction du barrage hydroélectrique de 61 kilomètres était censée résoudre le problème d’insuffisance d’énergie électrique que connaît la ville de Kindu.

En 2011, Joseph Kabila alors président de la Président avait dans son discours de campagne devant des milliers de Maniemiens promis la construction d’une centrale hydroélectrique dans la chute Kamimbi en amont du fleuve Congo, mais ce projet n’a jamais été concrétisé. Plusieurs ménages utilisent l’énergie solaire, parce que la centrale de Rutshurukuru (101 kilomètres de Kindu) ne dessert pas toute la ville régulièrement.

Kibombo : l’UDPS dénonce les tracasseries du parquet près le Tripaix

Kibombo : l’UDPS dénonce les tracasseries du parquet près le Tripaix

La fédération de l’  Union des Démocrates pour le Progrès Social,UDPS, antenne de Kibombo, territoire  situé  à 157 de Kindu, a , dans un mémorandum déposé lundi devant l’autorité territoriale, sollicité l’implication du pouvoir public dans la lutte contre les tracasseries judiciaires orchestrées par l’officier du ministère public du Parquet près le Tribunal de Paix dudit territoire.

Selon le président fédéral de l’UDPS Kibombo, Honoré Walisongwa, cet officier du ministère public inflige des amendes exorbitantes à la pauvre population détenue arbitrairement  et à qui  sont exigées d’importantes sommes d’argent, de loin supérieurs à celles prévue par la loi, pour bénéficier d’une liberté provisoire. Aussi  l’UDPS/Kibombo en appelle-t-il à l’implication du pouvoir public tant provincial que national en vue de mettre fin à ces formes des tracasseries.

ACP