Maniema : la cité de Salamabila se vide de sa population

Le chef de Maï-Maï Malaika a envoyé mercredi dernier des lettres à la population de Salamabila (au sud de la province du Maniema), annonçant une attaque incessante des FARDC dans la cité. A cet effet, les habitants, pris de peur, ont quasiment vidé la cité. Les écoles et le marché locale ne fonctionnent depuis deux jours, a indiqué vendredi 17 janvier la société civile de Salamabila.

Le président de la société civile à Salamabila, Amisi Saidi, a indiqué à Radio Okapi, que seuls quelques hommes restent visibles dans la cité. Les femmes et les enfants se seraient déplacés les uns en direction de Wamaza- Kasongo-Kindu et les autres vers le Sud-Kivu. Les commerçants eux-mêmes auraient vidé leurs boutiques.

« Depuis le début des affrontements, l’autorité ne se prononce pas ; que ce soit au niveau national, provincial ou local. C’est ce qui fait que les gens ne savent pas ce que le gouvernement est en train de préparer. De l’autre côté, la milice envoie le signal qu’elle va venir attaquer. Du côté du gouvernement, silence total. Alors la population se sent abandonnée. C’est pour cela que les gens ont jugé bon de quitter le milieu », a déclaré M. Saidi.

La société civile ajoute que les déplacés, qui ont emprunté l’axe Kasongo, se sont heurtés à d’autres affrontements près Karomo, chef-lieu du groupement Mwinga dans le secteur de Maringa à 30 kilomètres de Kasongo-Centre. 

Avec Radio Okapi

Diocèse de Kasongo : Mgr. Placide Lubamba dénonce les affrontements en pleine commune de Salamabila

Diocèse de Kasongo : Mgr. Placide Lubamba dénonce les affrontements en pleine commune de Salamabila

MGR. PLACIDE LUBAMBA, EVÊQUE CATHOLIQUE DU DIOCÈSE DE KASONGO EN RDC LORS D’UN ENTRETIEN AVEC LA PRESSE AU SORTIR DE L’AUDIENCE AVEC LE GOUVERNEUR DU MANIEMA, S.E AUGUY MUSAFIRI. LE PRÉLAT CATHOLIQUE A AU COURS DE CETTE INTERVIEW FÉLICITÉ LE GOUVERNEMENT PROVINCIAL POUR SES EFFORTS DANS LE RÉTABLISSEMENT DE LA PAIX À SALAMABILA AU SUD DE LA PROVINCE DU MANIEMA. PHOTO BY CHRIS MILOSI
MGR. PLACIDE LUBAMBA, EVÊQUE CATHOLIQUE DU DIOCÈSE DE KASONGO EN RDC LORS D’UN ENTRETIEN EN SEPTEMBRE 2019 AVEC LA PRESSE AU SORTIR DE L’AUDIENCE AVEC LE GOUVERNEUR DU MANIEMA, S.E AUGUY MUSAFIRI. LE PRÉLAT CATHOLIQUE A AU COURS DE CETTE INTERVIEW FÉLICITÉ LE GOUVERNEMENT PROVINCIAL POUR SES EFFORTS DANS LE RÉTABLISSEMENT DE LA PAIX À SALAMABILA AU SUD DE LA PROVINCE DU MANIEMA. PHOTO BY CHRIS MILOSI

L’Évêque Placide Lubamba Jibu dénonce l’insécurité dans l’entité des diocèses sous sa gestion (Kigulube au sud Kivu et Salamabila au Maniema).

Particulièrement, dans le territoire de Kabambare, l’état sécuritaire se dégrade chaque jour où la population est victime de plusieurs dégâts causés par de raïya Mutomboki et mai-mai malaika.

Se référant au cas de Salamabila du samedi et dimanche dernier, Evêque #Placide Lubamba Njibu condanne le fait de s’affronter pendant la journée, en plein centre de l’entité, alors que toute la population était déjà en activités dans la commune rurale de #Salamabila surtout que les élèves étaient déjà à l’école.

Le prélat catholique donne un bilan provisoire d’environ 7 civils tués lors de ces affrontements. C’est pourquoi, il appelle les autorités du pays à trouver une solution durable le plutôt possible pour que la paix revienne à #Salamabila.

Salamabila : 7 civils ont été tués dont 3 élèves (bilan non officiel), plus de 200 élèves ne sont encore retrouvés et des dégâts matériels sont importants.

Salamabila : 7 civils ont été tués dont 3 élèves (bilan non officiel), plus de 200 élèves ne sont encore retrouvés et des dégâts matériels sont importants.

Vue d’une avenue de Salamabila Centre ‘Ph. Chadrack Londe

Les FARDC ont repris le contrôle de la commune rurale de Salamabila en territoire de Kabambare dans la province du Maniema ce dimanche 12 janvier.

Selon la société civile, 7 civils ont été tués dont 3 élèves, plus de 200 élèves ne sont encore retrouvés et des dégâts matériels sont importants.

Le bourgmestre de Salamabila se réserve de confirmer ce bilan et indique que ses services sont encore sur le terrain.

Des affrontements intenses ont opposé les FARDC et les Maï-Maï Malaika dans la commune de Salamabila toute la journée de Samedi 11 janvier. Les combats se sont poursuivis toute la nuit jusqu’à ce dimanche matin autour de 10 h locales. La société civile et l’autorité communale confirment que les FARDC contrôlent en ce moment toute la ville, même si des coups de feu sont encore entendus à quelques km sur l’axe Matshapano.

Les combattants Maï-Maï eux, se sont retirés à 8 km du centre de Salamabila. Les sources locales indiquent que les parents ont récupéré ce matin, leurs enfants qui étaient partis à l’école samedi. Ils étaient pris entre les deux feux.

Elles évoquent également des déplacements massifs des populations. Certains quartiers comme Kimbaseke et Béton se sont vidés de leurs habitants. Seuls les militaires FARDC circulent dans la cité.

Les habitants disent prendre des dispositions pour se procurer la nourriture et se mettre à l’abri craignant la reprise des combats.

Avec Radiookapi.net

RDC : Salamabila contrôlée par les FARDC, les miliciens en débandade

RDC : Salamabila contrôlée par les FARDC, les miliciens en débandade

Les Forces Armées de la RDC ont repris ce dimanche 12 Janvier le contrôle total de la Commune rurale de Salamabila, une entité située au Sud de la province du Maniema dans le territoire de Kabambare.

La milice s’est retirée du côté de Matchapano, son QG où les tirs sont encore entendus, apprend-t-on des sources locales.

La société civile locale et le Bourgmestre de la commune rurale ont confirmé l’information sur le contrôle total de l’entité par les Forces loyalistes.

Sadi Lumena, membre de cette structure citoyenne parle de perte côté assaillant et dans les rangs des Forces armées, mais également des civils. Mais le responsable n’a avancé aucun bilan.

« Nous ne pouvons pas vous dire en ce moment combien de personnes ont perdu la vie; nous pensons avoir des détails précis du bilan très prochainement, car en ce moment nous sommes entrain de nous documenter. Je confirme néanmoins qu’il y a eu de pertes en vie humaine. » a déclaré à Actualite.cd, Sadi Lumena.

Le Bourgmestre de la commune, lui aussi, confirme des pertes en vies humaines sans donner le bilan.

« Le calme est revenu, je vous le confirme. Je sais que lorsqu’il y a de combats en plein centre, il ne manque pas d’incident ; mais mes services ne m’ont pas encore suffisamment renseigné sur le nombre des victimes. Évidemment il y a eu des morts. » a reconnu Richard Mugalu, bourgmestre de cette commune.

Des violents affrontements ont éclaté samedi 11 janvier 2020 entre les Forces armées de la RDC et les miliciens Mai-Mai Malaika dans la localité de Salamabila (territoire de Kabambare) au sud de la province du Maniema. Des tirs à l’arme lourde et légère ont été entendus à Salamabila toute la journée de samedi depuis 10 heures heures locales. Les habitants sont restés terrés chez eux.

La milice locale Malaika cohabite avec les forces armées de la RDC depuis quelques mois à Salamabila dans le cadre du processus de désarmement amorcé par les autorités. Le divorce est intervenu après l’affectation d’un officier (colonel) en remplacement de son prédécesseur décédé d’une maladie, a-t-on appris d’une source de l’église catholique. La tension était vive sur place depuis jeudi dernier.

Les miliciens Mai-Mai Malaika sont actifs à Salamabila depuis près de quatre ans sous la direction de Cheik Hassan Uzaifa Mitende. Ils procèdent aux kidnappings et aux attaques armées dans la zone. Cette insécurité a notamment poussé la firme canadienne Banro qui exploite l’Or à Salamabila de plier bagage.

Chadrack Londe à Kindu  avec Actualite.cd

Salamabila : les FARDC prennent le contrôle de Kimbanseke, la milice malaika retranchée vers Matchapano

Salamabila : les FARDC prennent le contrôle de Kimbanseke, la milice malaika retranchée vers Matchapano

Les tires viennent de cesser dans le centre de Salamabila, une commune rurale située au Sud de la province du Maniema.

Toute la journée, la situation est restée tendue dans l’entité suite à l’affrontement entre les Forces Armées de la RDC et la milice locale malaika.

Selon des sources locales, les tires viennent de cesser dans le centre et les Militaires loyalistes semblent avoir pris le contrôle de la commune rurale où la milice a réussi à opposer une forte résistance aux éléments des FARDC depuis 10 heures.

« Les tires viennent de cesser en ce moment [Ndlr : 19 heures 35 minutes]. C’est la milice qui occupait tout le quartier Kimbanseke où je suis. Vers 17 heures les tires se sont multipliés durant plus de 30 minutes. Juste après nous voyons à travers les fenêtres défiler maintenant les militaires FARDC. Dans la journée, c’est la milice que nous voyions en position de tire à travers nos fenêtres. Nous sommes restés dans nos maisons et n’avons pas mangé depuis. Les enfants n’arrivent pas à supporter la famine. Nous allons passer nuit affamés. Nous n’avons pas le choix. » a déclaré à Actualite.cd un journaliste d’une chaîne locale qui reste caché chez lui.

La même source renseigne que des tirs sont désormais entendus vers Matchapano, le siège de la milice.

« Maintenant, les tires à l’arme lourde sont entendus du côté de Matchapano. Les militaires FARDC semblent les avoir suivi là bas. Je ne sais vous dire avec précision ni vérifier cela parce que je suis à la maison et je ne sais pas sortir pour ne pas être confondu à la milice. » indique notre source.

Des violents affrontements ont éclaté ce samedi 11 janvier 2020 entre les Forces armées de la RDC et les miliciens Mai-Mai Malaika dans la localité de Salamabila (territoire de Kabambare) au sud de la province du Maniema.

Des tirs à l’arme lourde et légère ont été entendus à Salamabila toute la journée de samedi depuis 10 heures heures locales. Les habitants sont restés terrés chez eux.

La milice locale Malaika cohabite avec les forces armées de la RDC depuis quelques mois à Salamabila dans le cadre du processus de désarmement amorcé par les autorités.

Une source de l’église catholique a renseigné à Kinduinfo.net dans la journée
qu’une vive tension s’observe depuis trois jours sur place après l’affectation d’un nouvel officier (colonel) des FARDC en remplacement d’un autre officier du rang de colonel décédé de suite d’une maladie.

Les miliciens Mai-Mai Malaika sont actifs à Salamabila depuis près de quatre ans sous la direction de Cheik Hassan Uzaifa Mitende. Ils procèdent aux kidnappings et aux attaques armées dans la zone. Cette insécurité a notamment poussé la firme canadienne Banro qui exploite l’Or à Salamabila de plier bagage.