#HistoireManiema

Maniema : Les raisons de la suspension des activités de la société BANRO à Salamabila

#HistoireManiema, Economie
La Société canadienne BANRO exploitant de l’or dans la province du Maniema, a annoncé samedi 28 septembre, la suspension de ses activités pour des raisons sécuritaire m L'entreprise aurifère accuse le chef rebelle Sheikh Assani et les miliciens Maï-Maï d'avoir « pris le contrôle de la mine et émis des menaces de mort formelles à l'encontre de tout employé de Namoya Mining SA/Banro qui se présenterait au travail. » Dans une lettre de son directeur général, Brett Richards, adressée à l’Inspection général du travail, l’entreprise informe que toutes les opérations et les contrats de tous les employés sont suspendus. A ce sujet, le Directeur général du groupe fait savoir que 4 filiales sont concernées dont : Namoya Lugushwa Kamituga Banro Mining. Il s'agit des « sérieuses et incessant
Maniema : le 1er marché mondiale des esclaves en Afrique jeté dans les oubliettes

Maniema : le 1er marché mondiale des esclaves en Afrique jeté dans les oubliettes

#HistoireManiema, Actualité, Réflexion
Réflexion de KWETE KASHOBE John Theo / Journaliste et Chercheur Indépendant Tél. : 081 14 24 448)    Le moment précis est à point pour la réhabilitation du marché des esclaves de kabondo, en tant que site historique et touristique de grande envergure, situé à l’Ex -Cité de Tongoni, l’actuel Kasongo centre, dans le territoire  de Kasongo, province du Maniema, en RD Congo. (suite…)
#HistoireManiema : Découvrons Francis Dhanis qui a pris Nyangwe et Kasongo aux Arabo-Swahilis

#HistoireManiema : Découvrons Francis Dhanis qui a pris Nyangwe et Kasongo aux Arabo-Swahilis

#HistoireManiema, Actualité
Le baron Francis Dhanis est un vice-gouverneur général du Congo, capitaine-commandant de l'Armée belge, né le 11 mars 1862 à Londres d'une mère irlandaise et d'un père belge et mort à Bruxelles le 16 novembre 1909. Il a méné plusieurs combats Né en Angleterre d'une mère irlandaise, Francis Dhanis est belge par son père, descendant d'une vieille famille Anversoise, qui exerçait les fonctions de consul à Londres. De retour assez tôt en Belgique, le jeune Francis continue à Saint-Nicolas-Waes les études primaires commencées en Angleterre. De cette enfance britannique, il conservera toute sa vie un léger accent anglais qui lui vaut, au collège, le surnom de John. À son adolescence, il se révèle déjà passionné par l'Afrique
#HistoireManiema : Découvrons la Campagne de l’État indépendant du Congo contre les Arabo-Swahilis au Maniema

#HistoireManiema : Découvrons la Campagne de l’État indépendant du Congo contre les Arabo-Swahilis au Maniema

#HistoireManiema, Actualité
Les Campagnes de l'État indépendant du Congo contre les Arabo-Swahilis sont un ensemble d'opérations militaires menées par la Force publique de l'État indépendant du Congo (EIC) contre les états dirigés par les sultans bantous musulmans dans l'est de l'actuel territoire de la République démocratique du Congo de mai 1892 à janvier 1894. Au plus fort de l'engagement fin 1892, environ 100 000 Arabo-Swahilis répartis en plusieurs armées furent opposés à 120 Européens à la tête de 3 500 soldats réguliers, et davantage d'auxiliaires, sur un territoire de la taille de la France. Dans cet article, nous révenons uniquement sur la campagne menée dans la province du Maniema. Vous pouvez lire l'intégralité des Campagnes de l'État indépendant du Congo contre les Arabo-Swahilis en cliquant sur ce lie
#HistoireManiema : Découvrons Nyangwe

#HistoireManiema : Découvrons Nyangwe

#HistoireManiema, Actualité
Nyangwe est une localité du Maniema, sur la rive droite de la Lualaba dans l'actuelle République démocratique du Congo (territoire de Kasongo). Elle fut l'un des principaux postes développé par les esclavagistes de la fin du xixe siècle dans la région. La ville fut fondée vers 1860. Elle fut dirigée à partir de 1868 par un sultan ou wali métis dénommé Dougombi. Munia Muhara dirigeait la ville à l'époque des campagnes de l'État indépendant du Congo contre les Arabo-Swahilis (1892). Elle comptait à l'époque environ 30 000 habitants1 David Livingstone fut le premier européen à la visiter en 1871. Elle était la dernière cité connue sur la Lualaba en venant de l'est, et Livingstone pensait qu'elle était le cours supérieur du Nil. Henry Morton Stanley visita la localité et descendit la riv
#HistoireManiema : Découvrons Tippo Tip

#HistoireManiema : Découvrons Tippo Tip

#HistoireManiema, Actualité
Tippo Tip, variantes Tippo Tib ou Tippu Tip ou selon les langues locales Tippo Tipo1, de son vrai nom Hamed bin Mohammed el Marjebi, né et mort à Zanzibar (1837 - 1905), est un marchand d’esclaves originaire de Unguja, île principale de l'archipel de Zanzibar. Il fut également propriétaire de plantations et gouverneur de province au Congo. Successeur des sultans de Zanzibar, il conduisit de nombreuses expéditions commerciales en Afrique centrale orientale, dont certaines esclavagistes. Tippo Tip rencontre et aide plusieurs des grands explorateurs européens du continent africain, dont Henry Morton Stanley, Eduard Schnitzer (Emin Pasha), David Livingstone, Veney Cameron, Hermann von Wissmann et Wilhelm Junker. De 1884 à 1887, Tip exploite le Congo oriental. En 1887, à l'occasion de
#HistoireManiema : Focus sur la culture  » LEGA « 

#HistoireManiema : Focus sur la culture  » LEGA « 

#HistoireManiema, Actualité, Culture, International, Local, Société
Les lega sont un peuple forestier bantou d’Afrique centrale, établi principalement en république démocratique du Congo (RDC), à l'est du fleuve Lwalaba (le fleuve congo), jusqu'en altitude dans les Monts Mitumba, dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema. Le totem de lega est le pangolin. ETHNONYMIE Selon les sources, on observe les variantes suivantes : balega, baleka, balegga, barega, kalega, kilega, ileka, kirega, legas, mwenga lega, rega, shabunda lega, valega, vuaregga, walega, wareg HISTOIRE Les lega quittent la région du Nil blanc (nord-est de la république démocratique du Congo et nord-ouest de l’Ouganda), et plus précisément du royaume de bunyoro, au cours du XVIème siècle pour s'installer sur la rive est du Lwalaba. ils ont puisé un fort sentiment d'iden