Maniema – Coronavirus: la société civile ne souhaite pas l’arrivée d’une délégation de Kinshasa pour distribuer l’assistance aux sinistrés des inondations

Maniema – Coronavirus: la société civile ne souhaite pas l’arrivée d’une délégation de Kinshasa pour distribuer l’assistance aux sinistrés des inondations

La Société civile du Maniema s’oppose à l’envoie au Maniema d’une délégation en provenance de Kinshasa pour la distribution d’une éventuelle assistance aux sinistrés des inondations des eaux du fleuve Congo.

Au cours d’une sortie médiatique ce dimanche, John Masimango, président de cette structure citoyenne a fait savoir qu’au Maniema, il y a des gens qui peuvent s’en occuper localement.

« Nous estimons que Kindu est bien représenté, car nous avons un gouvernement, une assemblée provinciale ainsi que la société civile. Nous ne voyons pas bien qu’à KINSHASA où se vit la covid-19 qu’on puisse nous importer cette maladie dans la ville de Kindu et en province. Voilà Pour quoi cette nouvelle a provoqué une panique dans la ville… »

Et d’ajouter « La ville province de Kinshasa est en confinement. Quoi de plus normal nous amener plus de 90 personnes de Kinshasa à Kindu serait importer cette maladie dans notre province. Voilà pourquoi, nous la population, nous nous sommes énergiquement imposé pour que cet avion ne puisse pas atterrir à Kindu. » fait savoir t-il.

Selon ce dernier, l’aéronef en provenance de Kinshasa devait amener à Kindu une délégation d’environ 90 personnes, constituée d’un groupe des parlementaires du Maniema, le Secrétaire Général aux affaires humanitaires et d’autres. La délégation devait venir superviser la distribution de l’assistance du Gouvernement central aux sinistrés des inondations des eaux du fleuve Congo.

COVID-19 : le Maniema prévoit un plan de riposte chiffré à plus de 11 millions de USD

COVID-19 : le Maniema prévoit un plan de riposte chiffré à plus de 11 millions de USD

La province du Maniema attend mobiliser 11.008.766 de dollars USD pour faire face au Coronavirus. Ce chiffre a été révélé au public ce jeudi 02 avril lors de la réunion de plaidoyer présidée par le Gouverneur Auguy Musafiri. Au cours de celle-ci, le Chef de l’Executif, a tendu la main aux humanitaires et autres partenaires au développement présent dans la province, de venir en aide le Maniema qui court les risques suite à la présence des cas confirmés de la COVID-19 au Nord et Sud Kivu.

Stratégies de prévention et riposte

Intitulé plan provincial de préparation et de riposte à une éventuelle épidémie de la maladie à Coronavirus 2019 (Covid-19), ce document de 39 pages détermine 8 stratégies contre le Coronavirus.

La première stratégie concerne le renforcement de la coordination par le Ministère de la santé, la deuxième quant à elle, consiste à renforcer la surveillance épidémiologique ainsi que le screening des voyageurs dans les 24 points d’entrée de la province du Maniema.

Si la troisième stratégie concerne l’organisation de la prévention et le Contrôle d’Infection, la quatrième porte sur le renforcement du réseau du système de laboratoire, tandis que la cinquième stratégie détermine les modalités de la prise en charge médicale.

L’organisation de la prise en charge psychologique est la sixième stratégie. Si la logistique est la dernière stratégie, l’amélioration de la communication des risques et l’engagement communautaire constituent l’avant dernière stratégie de ce plan.

Fonds nécessaires, commissions et objectifs

Pour mettre en application ces stratégies, dix commissions sont prévues pour un budget total de 11 millions 8 milles 766,3 dollars USD.

Un grand pourcentage est affecté à la commission technique, 7 millions 909 milles 500 $ prévues. Celle-ci va fournir des soins sûrs, individualisés et de bonne qualité, centrés sur le patient dans un environnement qui assure la biosécurité.

La commission de prise en charge psycho-sociale nécessite 571 900 $ pour promouvoir la cohésion communautaire, renforcer la résilience des familles et diminuer la stigmatisation.

Une autre commission qui porte sur le laboratoire mobile a besoin de 205 100 $ pour son fonctionnement afin d’abord de renforcer les capacités des personnels de laboratoire sur la covid-19, en suite pour le suivi biologique des patients et en fin dans l’acheminement des échantillons.

La commission de communication sur les risque et engagement communautaire va s’occuper de la communication interpersonnelle, par voie médiatique, internet et autres outils de communication pour ne citer que cela. Elle va également organiser des séances de sensibilisation, les enquêtes sur la perception de la covid19 et former plusieurs personnels de santé. Elle a besoin de 434 999,3 $ pour faire ce travail.

L’autre commission qui requiert 201 160 $ pour fonctionner est celle qui porte sur la logistique. Elle devra pour ce faire maintenir la capacité de réaction et de contingence de la logistique, garantir le prepositionnement des matériels, équipements, kits, consommables et médicaments … etc.

La commission de prévention, contrôle des infection et biosécurité a besoin de 792 345 $ pour prévenir et contrôler la transmission nosocomiale et communautaire de la maladie a coronavirus ainsi que renforcer les mesures de prévention et de contrôle de l’infection dans les lieux publics, points d’entrée et établissements, mais aussi dans les formations sanitaires.

541 082 $ pour la commission de surveillance épidémiologique tandis que les deux dernières ont respectivement besoin de 20 100 $ pour la mobilisation et 332 580 $ pour la coordination.

Covid-19 : Le Dr. Cock Barahame interpelle le Gouvernement à revoir sa stratégie de communication

Covid-19 : Le Dr. Cock Barahame interpelle le Gouvernement à revoir sa stratégie de communication

Docteur Cock Barahame, jeune Médecin dans une prestigieuse structure sanitaire de Kindu, s’inquiète de la communication adopté par le Gouvernement Congolais. Cette communication en mode tantôt, plutôt et sans stratégie laisse place, selon lui, à la Désinformation et la #RUMEUR face à la COVID-19.

Dans une situation de crise comme celle-ci, la seule arme la plus redoutable et la plus puissante que possède l’État est la #COMMUNICATION.

Surtout lorsqu’on est conscient de l’insuffisance du plateau technique et du manque de moyen suffisant pour affronter une telle Pandémie.

Sans mentir, nous communiquons très mal (en mode tantôt plutôt) et sans stratégie, ce qui laisse place à la Désinformation et la #RUMEUR.

Depuis le début, on assiste à des tatonnements, contradictions, dementis … Bref, une complaisance dans la communication et la sensibilisation devant la societé.

La pauvre population reste perdue, entourée d’intox. Ce qui augmente le risque d’une propagation incomensurable.

En attendant, continuons à observer les mésures d’hygiène en lavant régulièrement et proprement nos mains et restons à la maison.