La ville de Kindu va accueillir la conférence annuelle sur la Haute technologie du 13 au 14 novembre 2019

Organisées par la Fondation Mapon et l’Université Mapon, ces assises visent trois objectifs, notamment la relance du débat scientifique afin de susciter un intérêt pour la recherche fondamentale et appliquée.

Publicités :

« La haute technologie en RDC comme outil du progrès », tel est le thème principal de la conférence qu’organiseront conjointement la Fondation Mapon et l’Université Mapon du 13 au 14 novembre prochain à Kindu, chef lieu de la province du Maniema, rapporte un communiqué de presse de ces organisations.Selon la source, cette conférence annuelle poursuit un triple objectif.

Il s’agit d’abord de relancer le débat scientifique afin de susciter un intérêt pour la recherche fondamentale et appliquée en matière de nouvelles technologies. Ensuite, dresser un état de lieux de nouvelles technologies dans le domaine des mines et géologie, de l’électricité, de l’informatique, de la mécanique et de génie biomédical. Enfin, sensibiliser l’opinion nationale et internationale au bon usage des nouvelles technologies.

POURQUOI LA HAUTE TECHNOLOGIE ?

La Fondation Mapon et l’Université Mapon estiment que la RDC est l’un des pays africains caractérisés par une faible utilisation des nouvelles technologies. Pays riche en ressources naturelles et regorgeant d’importantes richesses minières (coltan, cuivre, cobalt, or, etc.); la RDC est paradoxalement l’un des pays le plus pauvre du monde avec un produit intérieur brut (PIB) par habitant de 418,7 USD (Banque mondiale, 2019) et un taux de mortalité infantile de 30% (Nations unies, 2016).

De l’avis des organisateurs de cette rencontre scientifique, malgré la dotation en ressources naturelles, vastes gisements miniers et terres arables, la RDC n’exploite pas les avantages des nouvelles technologies. Les principaux facteurs suivants sont à la base de cette situation: la dépendance excessive aux minerais, l’instabilité politique, l’insuffisance en leadership fort et de qualité, l’absence d’une vision claire en termes de gouvernance.

« À ce jour, toutes les institutions publiques comme privées s’accordent sur le fait que l’émergence de nouvelles technologies (big data, objets connectés, cloud, etc.) transforme l’environnement dans lequel les agents économiques évoluent », soutient la Fondation Mapon.

Ainsi, cette organisation est-elle convaincue que la transformation numérique est un enjeu majeur et stratégique pour toutes les économies et entreprises. Pour les petites et moyennes entreprises, les défis clefs de cette transformation sont notamment, une forte orientation vers les clients (personnalisation, réactivité) et une capacité accrue à innover (en modifiant les méthodes de travail, les modes de coopération), expliquent les organisateurs de la Conférence dans leur communiqué.

Il s’agit d’une occasion de relancer les débats scientifiques, et favoriser une incitation à la recherche dont la véritable finalité est de répondre aux problèmes majeurs de la société.Durant ces deux journées d’échanges et de débats, on laisse entendre que les questions suivantes devront nécessairement trouver des réponses, à savoir: Quel est le rôle des nouvelles technologies dans la transformation de la société? Quels en sont les avantages et inconvénients? Quel est l’état de la recherche technologique en RDC ? Quel est le modèle des technologies adapté pour son progrès ? Quel est le rôle des entreprises dans la diffusion technologique ? Quelle est la responsabilité de l’État ?

DES THEMATIQUES RICHES

Pendant les deux jours de travaux, d’éminents orateurs prendront la parole pour aborder des thèmes riches en informations. Parmi eux, le Prof Jimmy Kalenga Kaunde de l’Université de Lubumbashi qui se penchera sur la problématique de la rentabilité de l’exploitation minière en RDC, face aux nouvelles technologies : Analyse critique de la chaine d’extraction des gisements cuprocobaltifères (du minerai brut au métal).

Pour sa part, Pierre Kalenga Ngoyi de l’Université de Lubumbashi abordera le thème: « Nouvelles technologies en traitement des minerais : pertinence, opportunités et possibilités d’impacts socio-économiques en RDC ».

Samuel Pierre de l’École Polytechnique de Montréal axera son exposé sur « L’excellence au service du bien commun : les actions éducatives et universitaires du GRAHN en Haïti ».

Maguiraga Madiassa de l’Université de Kinshasa planchera sur les « Impacts de l’éducation dans le développement technologique des nations et Raïssa Malu exposera sur le système intelligent d’évaluation des acquis des apprentissages ».

De son côté, Arthur Kaniki Tshamala, de l’Université de Lubumbashi va parler de la « Problématique de la gestion des ressources en eau et du traitement des eaux usées en RD Congo : application du traitement galvanique, résultats et perspectives ». Michel Matalatala, de l’Université de Kinshasa, réfléchira sur « L’innovation technologique et les enjeux de la 5ème génération des réseaux radio-mobiles (5G) pour un Congo innovant ».

Enfin, Ernest Kamavuako de l’Université de Kindu abordera le thème « Contrôle myoélectrique des membres artificiels en génie biomédicale ».

QUID DE L’UNIVERSITÉ ET FONDATION MAPON

L’Université Mapon inaugurée le 16 octobre 2017, comme haut lieu de savoir en matière de haute technologie, se focalise essentiellement sur trois missions à savoir : l’enseignement, la recherche et le service à la communauté. Quatre filières y sont organisées: informatique; électricité et électronique; mécanique; géologie et mines.

La Fondation Mapon quant à elle, soutient des actions ciblées et concrètes qui s’inscrivent dans la durée et bénéficient en priorité à la jeunesse et aux familles.

Son action se concentre sur trois enjeux principaux : l’éducation, la santé et l’agriculture.Par ailleurs, la Fondation Mapon a développé plusieurs projets d’ordre social pour aider le développement de la communauté rurale de Lumbu-Lumbu, et au bien-être de sa population. Pour cela, elle a créé un centre scolaire primaire et secondaire, un centre hospitalier performant, une ferme pilote Éco-responsable et en cours, une université axée sur les hautes technologies.

Facebook Comments
The following two tabs change content below.

Chadrack Londe

Journaliste reporter chez Radio Maniema Libertés
Co-fondateur de kinduinfo.net, Chadrack est un journaliste de carrière, actuellement Rédacteur en Chef au sein de MEDAM asbl, un collectif de médias partenaire de l’UNICEF au Maniema. Il est aussi reporter à la Radio Télé Communautaire Maniema Liberté. Au-delà d’être une passion, le micro est pour lui un moyen d’éduquer et de divertir ses auditeurs. Son slogan est ‘’Consacrer sa vie à la vérité’’
Publicités :