Maniema : Une rencontre pour la cohésion sociale et la paix entre partis politiques de la MP à Pangi. 

Tous les partis politiques de la majorité présidentielle installés dans le Territoire de Pangi appelés à éviter des déclarations incendiaires dans le média. 

Appelés formulés ce dimanche par la coordination de la MP en Territoire de Pangi à l’occasion d’une réunion tenue dans la salle du CLAC/Kalima
Une section aux contrevenants 

Pour le Coordonateur Territorial de la MP/Pangi qui s’est exprimé devant notre correspondant de Kalima , toute formation politique qui ne suivra pas cette règle, se verra sanctionné conformément à la charte qui régit cette plate forme des partis au soutien au Chef de l’Etat.

Ce-ci est donc un dernier avertissement lance t-il avec un ton d’intimidation. 


Pour la cohésion sociale et la paix entre militants 

Cette rencontre s’est tenue dans la cadre de la recherche de la paix sociale, la cohésion, la concorde entre tous les militants des partis politiques de la MP/Pangi

Des valeurs qui semblent ces derniers jours détruites par différents messages qui sont balancés dans deux chaines de radio dont la Télévision Radio Maniema TELERAMA et la Radio Télévision du Peuple RTP/Kalima.

Un effigie de l’autorité morale de la majorité présidentielle Joseph Kabila ( phot : Kindu info/ Dek’son Assani) Mai 2017

Ceci, par les activistes de deux partis politiques notamment, la Nouvelle Alliance des Démocrates NAD et l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo AFDC

Tous ces activistes se donnent le lux  de véhiculer des messages à caractère tribal, haineux, et contre le développement de la contrée, concluent les participants à la rencontre. 
Les enfants d’une même famille ne se disputent jamais 
Une mise au point en a été faite par le coordonateur de la Majorité présidentielle pour mettre fin à tous ces messages. Il a par contre, invité tous les présidents des partis politiques de la MP à Pangi à éviter la déstabilisation médiatique et regarder de l’avant. 

Les enfants d’une même famille ne se disputent jamais entre eux, souligne-t-il. 

Selon BUYAYA KASONDA, il est temps de définir des stratégies pour gagner les élections. 

Un débat houleux sur la question, a coloré la rencontre et au finish tous les participants sont tombés ont juré à ne plus revenir sur leurs messages incendiaires. 

Signalons que le Territoire de Pangi ne compte que deux députés nationaux à l’assemblée nationale. 

L’Honorable Athanase Matenda Kyelu pour le compte de la Nouvelle Alliance des Démocrates NAD et l’Honorable Joseph Kokonyangi aujourd’hui Ministre de l’Urbanisme et Habitat pour l’AFDC



🔜 Dek’son Assani 

Maniema : Libération d’un otage français, l’exécutif provincial s’en félicite 

le gouverneur du Maniema Pascal TUTU SALUMU se félicite pour la libération d’un sujet français ( Philippe ) rester en captivité dans la forêt avec d’autres travailleurs de BANRO Manning pendant près de 88 jours. 

L’exécutif provincial du Maniema s’est exprimé ainsi lors de l’arrivée à Kindu le dimanche dernier de cet otage français. 


Sentiments de soulagement 

Le gouverneur du Maniema considère la libération de cet otage comme un sentiment de soulagement. 

Un sentiment de soulagement par-ce-que l’objectif premier qui nous a été fixé par le président de la république était celui de tout faire par la voie pacifique  pour que nous puissions trouver la libération de tous ces otages vivant, affirme le numéro 1 du Maniema. « 

L’otage français Mr Philippe qui à été relâché, à ses côtés Madua ASSANI un collaborateur du gouvernement provincial du Maniema ( phot : Kindu info / Grace Mbambi wa Mbambi) Mai 2017


Restauration de l’autorité de l’Etat à Salamabila, un autre défis ! 

En dehors des négociations il faut impérativement restaurer l’autorité de l’Etat qui à été déchirée par des miliciens pense John MWENDE , habitant de la cité de Kimbaseke à Salamabila, joint au téléphone par Kindu info

Comme ce jeune garçon de 28 ans, presque toute la population locale souhaite la restauration de l’autorité de l’Etat mais aussi et surtout la prise en compte du cahier de charge par la Société BANRO Manning .

Les exigences de la population de Samabila n’ont jamais été prises en compte par cette société qui partage son gâteau avec quelques autorités au détriment de la population, affirme un notable de Salamabila qui a souhaité cacher son identité.  

Le gouverneur du Maniema qui souhaite aussi tout remettre en ordre d’ici quelques jours. 

Les otages sont libérés vivant c’est une chose, l’autre chose c’est de poursuivre le processus de pacification et de securation de Salamabila et ses environs, annonce le gouverneur de province. 

Renforcement des coopérations entre la RDC et la France .

Le chef de l’Etat Français Emanuel MACRON avait félicité l’ensemble des acteurs qui ont oeuvré à la libération de leur compatriote , « en particulier les autorités de la République démocratique du Congo pour leur mobilisation et l’efficacité de leur action ».

L’Elysée, interrogé , n’a pas fourni de précisions sur son identité, selon nos confrères de CAS-INFO.

Une source diplomatique citée par nos confrères de l’AFP a indiqué de son côté que l’otage libéré était un Français qui figurait parmi cinq employés de la société minière canadienne Banro enlevés dans l’est de la RDC, un rapt dont le ministère français des Affaires étrangères avait fait état le 2 mars.

RDC : Emanuel Macron félicite Kinshasa pour la libération d’un otage français. 

Le chef de l’Etat a félicité l’ensemble des acteurs qui ont oeuvré à sa libération, « en particulier les autorités de la République démocratique du Congo pour leur mobilisation et l’efficacité de leur action ».

Le nouveau président français Emanuel Macron s’exprimant devant les Français ( phot : Kindu info / AFP) Mai 2017


L’Elysée, interrogé , n’a pas fourni de précisions sur son identité, selon nos confrères de CAS-INFO. 

Une source diplomatique citée par nos confrères de l’AFP a indiqué de son côté que l’otage libéré était un Français qui figurait parmi cinq employés de la société minière canadienne Banro enlevés dans l’est de la RDC, un rapt dont le ministère français des Affaires étrangères avait fait état le 2 mars. 

Banro maining corporation exploite deux mines d’or, à Twangiza et Namoya, et mène des travaux d’exploration aurifère dans le pays.

« Nous n’avons à ce stade aucune information concernant les auteurs de l’enlèvement. Nous sommes mobilisés, en lien avec les autorités congolaises pour faire toute la lumière sur ces faits et parvenir à la libération de notre compatriote », avait alors déclaré le Quai d’Orsay à nos confrères de TV5 .

Le 8 mai dernier , un Français travaillant pour une organisation américaine spécialisée dans le secteur de l’environnement avait été libéré trois jours après son enlèvement dans le secteur de Mwenga par des hommes armés appartenant à un groupe d’autodéfense dans l’est de la République démocratique du Congo.

Il avait été libéré « après des tractations avec ses ravisseurs et sans versement d’une caution », avait alors affirmé à l’AFP Dominique Bofondo, administrateur du territoire de Walungu dans le Sud-Kivu (Est).

L’Est congolais, constellé de groupes armés nationaux et étrangers, est déchiré par plus de vingt ans de conflits armés, alimentés par des différends ethniques et fonciers, la concurrence pour le contrôle des ressources minières de la région et des rivalités entre puissances régionales.

Les enlèvements d’humanitaires et d’autres Congolais sont fréquents dans la région de l’Est de la république démocratique du Congo .

Rareté de moto taxi ce lundi à Kalima. 

Seules quelques motos circulent depuis ce matin dans les différentes artères de la  Cité de Kalima. 

Un Taximan moto de la ville de Kindu ( phot : Kindu info / Grâce Mbambi wa Mbambi) Mai 2017


Celles-ci ont décidé de rehausser le cout des courses. Le cas de la course Kakutya vers Kalima, long de cinq kilomètres, qui passe de cinq cents à mille voire mille cinq cents francs congolais. 

La course Kakutya vers Kinkungwa se négocie depuis ce matin à deux mille voire deux milles cinq cents francs congolais au lieu de mille franc, son prix habituel. 

La trajectoire aller-retour Kalima – Kindu – Kalima, passe de cinq milles francs congolais par individu à vingt mille francs congolais. 

Pour le taximan-motards, cette situation se justifie par le recouvrement de l’assurance automobile déclenché depuis ce lundi matin par la société nationale d’assurance SONAS. 

Ils ajoutent aussi la montée du prix du litre d’essence allant de mille huit cents à deux mille deux cents francs congolais. 

Les passagers de leur coté, lancent un cri aux autorités tant locales que provinciales et nationales en vue d’une harmonisation rapide de cout de transport qui pénalise leurs courses. Aucune réaction pour l’instant, du coté des autorités locales. 

Signalons que l’assurance automobile se vend à 75 dollars au taux de mille quatre cents francs congolais pour une validité de trois mois. L’opération durera plus ou moins trente jours.


Dek’son Assani